๐•Š๐•–ฬ๐•ฃ๐•š๐•– ๐•Š๐• ๐•๐•š๐•ฅ๐•ฆ๐••๐•–๐•คโ€ข๐”ผ๐•š๐•Ÿ๐•ค๐•–๐•ž๐••๐•š๐•ฃ – ๐๐ซ๐ž๐ขรฐ๐š๐ฆ๐ž๐ซ๐ค๐ฎ๐ซ๐ฌ๐š๐ง๐๐ฎ๐ซ, ๐ฅ๐š ๐ฉ๐ฅ๐š๐ ๐ž ๐๐ž ๐๐ข๐š๐ฆ๐š๐ง๐ญ๐ฌ

๐Ÿ”Ž Jรถkulsรกrlรณn, “la lagune du glacier”, est le plus grand lac proglaciaire dโ€™Islande et รฉgalement le plus profond du pays : ses berges abruptes s’enfoncent jusquโ€™ร  284 mรจtres sous le niveau de la mer.
Cette profondeur et la puretรฉ de ses eaux confรจrent au lac une couleur bleu intense que parcourent la blancheur immaculรฉe des icebergs, les colonies de phoques nombreux et joueurs ainsi que les oiseaux dโ€™espรจces variรฉes qui les accompagnent.
La langue glaciaire du Breiรฐamerkurjรถkull, qui descend de la calotte glaciaire du Vatnajรถkull, a formรฉ ce lac en reculant peu ร  peu. Les nombreux icebergs se dรฉtachant du glacier divaguent quelques temps dans l’enceinte du lac avant de sโ€™รฉchapper vers lโ€™ocรฉan par un petit bras de riviรจre, Jรถkulsรก. ร€ son embouchure, ces morceaux de glace รฉtincelants se dรฉposent sur le sable noir de Breiรฐamerkursandur, ยซ la plage aux diamants ยป.

๐Ÿ“ ๐Ÿบ ๐š–๐šŠ๐š’ ๐Ÿธ๐Ÿถ๐Ÿธ๐Ÿท, ๐Ÿท๐Ÿท๐š‘๐Ÿธ๐Ÿธ
Deuxiรจme journรฉe ร  Jรถkulsรกrlรณn, aprรจs avoir eu la chance de dormir sous le soleil de minuit.
Malgrรฉ les annรฉes, je ne me lasse pas du bleu profond de lโ€™eau que nuance le parcours du soleil et des nuages. Bleu ciel, bleu persan ou bleu sarcelle selon l’intensitรฉ de la clartรฉ l’illuminant, le lac donne ร  voir un panel de couleurs impressionnant, parcouru รงa et lร  de vaguelettes aux reflets nacrรฉs provenant de l’ocรฉan.
En ce dรฉbut de printemps, la belle saison ne fait que commencer et il fait encore assez froid la nuit pour que la calotte glaciaire et les icebergs conservent leurs formes. La plage de diamants Breiรฐamerkursandur prรฉsente encore peu d’icebergs, cependant cet รฉparpillement de petits morceaux de glace rend le contraste avec le sable noir encore plus prรฉgnant.