Perceptions (2011)

Ricochent entre les eaux, ces petits pieds
Sur ces rochers de métaux écaillés.
L’ambre et l’agate où le soleil se niche
Se nacrent quand là, volette une biche.

Au cliquetis, au glissement de l’eau
Se mèlent des tintements hauts, très beaux.
La mélodie des pianos et violons
Encense la nature, carillon.

Entrechats, pas chassés, sur les rochers
D’ilôts de l’eau, là, loin, perchée, perchée.
Tutu, tu danses dans les éléments
Avec tes dentelles perlées de sang.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *